patrimoine53fougerollesduplessis

Marin Marie

        maison-carel-la-chauviniere-cote-sud.jpg De son vrai nom "Marin Paul Emmanuel Coupel de Saint Front" est né le 10 décembre 1901 à 7 heures du matin. Selon certaines sources dans la maison de sa grand-mère à la Chauvinière et selon d'autres sources dans la maison familiale. Après vérification de la déclaration au registre de l’État Civil, son père l'a déclaré né à Clairefontaine.  Puis il passa sa jeunesse au Château de Clairfontaine. Ses parents, Jules Durand Coupel de Saint Front et Marie Lefas, vivaient des revenus de la ferme et de fermages.

           Il découvre rapidement le monde de la mer, en 1907 premières vacances à Chaussey avec le bateau familial : le Holliday.

          manoir-de-clairefontaine.jpgEn 1912 un évènement marqua profondément Marin-Marie, le décès de sa mère. Il était à cette époque scolarisé en Angleterre. Il prend le prénom de sa mère " Marie " ainsi que son prénom pour former son nom d'artiste : Marin- Marie

          Son père, après la disparition de sa femme, le place avec ses trois frères à l'école Saint Charles de Saint Brieuc, il a 11 ans. Il y restera jusqu'en 1918, l'année de son baccalauréat. Pendant ces années il passera ses vacances à Chaussey.

         800px-chausey-maison-de-marin-marie.jpg A partir de 1920 il suit des études de droit à Rennes et s'inscrit aussi aux cours du soir de l'école des Beaux-Arts. C'est sa mère, fine aquarelliste élève d'Harpignies, qui l'initie au dessin. Après les études de droit, il s'oriente vers un doctorat ès sciences économique.

          En 1925 et 1926, il effectue son service militaire sur le " Pourquoi-pas " avec le Commandant Charcot . Pendant les deux voyages il dessine sur des carnets les différentes scènes, paysages et personnages rencontrés. 

        marin-marie-avec-c-cordier-maire.jpg En 1927, il se marie avec Germaine Fauchon Villeplee, puis travaille dans l'affaire de son beau-père à Ivry. Le voyage de noces est une croisière en mer d'Irlande sur le Rose Marie (bisquine de  12,92 tonneaux construite aux chantiers de Monsieur l'Hotelier à la houle en 1895).

         C'est à cette période que s'affirme sa peinture vers les représentations dites "marines". Il expose en se mesurant à d'autres peintres. En 1932 Marin-Marie redessine les cheminées du Normandie. marin-marie-et-son-pere.jpgAlors qu'il devait dessiner une vue du futur paquebot, il s'insurge et dessine 3 cheminées en goutte d'eau. La 3éme cheminée était factice et abritait le chenil.

         En 1933 il traverse l'Atlantique (de l'est à l'ouest) en solitaire sur le voilier "Winibelle II" et bat 10 ans après le record détenu par Alain Gerbault. Au cours de ce voyage, il teste un pilote automatique mis au point par lui-même.

         En 1935 Marin-Marie est nommé Peintre Officiel de la Marine, son appartenance donne lieu à des obligations et des droits, dont celui de faire suivre sa signature d'une ancre.

      marin-marie-et-son-p-re.jpg   En 1936 il traverse, en solitaire, l'Atlantique sur un canot équipé d'un moteur diesel de marque Beaudoin (voyage né à la suite d'un pari". Cette seconde traversée de l'Atlantique en 18 jours et 16 heures est une telle fête dans tout le pays que Fougerolles décide de ne pas être en reste. Le 20 septembre 1936, le héros est reçu triomphalement par sa commune natale. C'est l'apothéose, un vrai 14 juillet : réception à la mairie, sénateur présent, dépôt de gerbes au monument aux morts,défilé de chars, voitures d'enfants et bicyclettes fleuries, la clique des francs-tireurs, les pompiers img-7081-1.jpget deux reconstitutions également fleuries du "Winnibelle" et de l'Arielle, fête foraine, retraite aux flambeaux, feu d'artifice et fête de nuit.

         Ému par tant de chaleur" l'enfant du pays" a laissé une de ses œuvre à Fougerolles. Ancré à la mairie le super voilier signé Marin-Marie n'a pas pris le large. Le Model'Club Fougerollais a réalisé une maquette de l'Arielle.

         En 1940 il est officier du chiffre et témoin, sur le croiseur "Strasbourg", de la destruction d'une partie de la flotte française à Mers el Kébir.

a-classer-4.jpgIl vivra ausi l'épisode de Dakar, le 23 septembre 1940, embarqué comme volontaire sur le "Fantasque". Il est démobilisé en 1941. Il passe les dernières années du conflit en Normandie, où il a peint des scènes de la vie rurale, notamment cette scène de battage à la ferme de la Picaudière (ferme voisine de Clairefontaine à Fougerolles). Le matériel de battage appartenait à l'entreprise de travaux agricoles de Monsieur Joseph Heuveline de Fougerolles.

  Le pére François Montembault, ouvrier agricole de la famille Durand de St Front a servi de modèle pour ce croquis. Il est né le11 novembre 1862 et a épousé Mlle Barbé.

A Fougerolles Marin-Marie avait un ami matelot: Henry Maubert. Sur cette photo de la construction de Winibelle on reconnait Henry Maubert à gauche.

a-classer-7.jpg  A la libération, il reprend son activité, nouvel embarquement comme peintre de la Marine pour une croisière aux Antilles. En 1953 il est nommé "Peintre de la Marine Titulaire". Les années qui suivirent furent dédiées à la peinture et à la navigation de plaisance. Il est Officier de la Légion d'Honneur en 1950. En 1957 il publie " Grands Coureurs et Plaisanciers". Il effectue un dernier grand voyage à Bora-Bora en 1969, pour rejoindre son fils Yves Durand de Saint Front et peindre à ses cotés  les paysages  Polynésiens. En 1986 il est fait Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres. Il décède le 11 juin 1987 à St Hilaire du Harcouet.

 Fougerolles n'a pas oublié ce grand peintre, de son vivant un square situé derriére l'église a étè baptisé "Square Marin-Marie.

     L'école primaire porte désormais le nom de Marin-Marie. Une plaque a étè apposé à l'école primaire publique, en présence de son fils et de sa petite fille. L'Association Mémoire et Patrimoine lui a consacré en 2006 une exposition, les visiteurs ont étè nombreux. Le fils de Marin-Marie, Yves Durand de St Front est passé pour admirer l'exposition et la maquette du bateau de son pére offerte à la commune par le Model club Fougerollais.       

                                                                                                                              G. Ernault

 

          Ci-dessous article paru dans le bulletin municipal de 1986. Texte dédié au cinquantenaire de la traversée de l'Atlantique par Marin Marie

 

          Il y a cinquante ans, MARIN-MARIE, Peintre-Navigateur traversait seul l'Atlantique à bord d'un voilier et Fougerolles fêtait l'exploit de cet enfant du pays...

          MARIN-MARIE est né le 10 décembre 1901 à Fougerolles du Plessis au Manoir de "Clairefontaine, de Jules DURAND Couppel de Saint Front et de Marie LEFAS. Il poursuit ses études à Rennes où il obtient le diplôme de Docteur en droit. Il accomplit ensuite ses son service militaire dans la marine sur le "POURQUOI PAS" chargé de missions scientifiques sur les côtes du Pôle Nord et du Groênland.

          A part la peinture, MARIN-MARIE veut devenir navigateur.

          Il dessine son premier bâteau le "WINNIBELLE", un robuste côtre de forme norvégienne (arrière pointu,gouvernail extérieur) long de 12 mètres hors-tout, et de 9m50 de flottaison. Il a un petit moteur auxiliaire qu'il n'utilise que dans les ports pour manoeuvrer plus commodément et se faufiler entre les gros vapeurs afin de faciliter l'accostage.

         MARIN-MARIE part avec le WINIBELLE de DOUARNENEZ le 12 Mai 1933, le 26 Mai il est à MADERE, le 17 Août il est à NEW-YORK. 

          Il bat le record de la traversée, seul à bord de ce voilier. MARIN-MARIE montre aux Américains ce qui peut, mieux qu'une victoire Olympique, faire éclater l'énergie physique, l'intelligence, la force morale, en un mot : le génie d'un peuple.

          On raconte que les New-Yorkais ont été littéralement stupéfaits, il leur paraît inconcevable que ces milliers de milles laissés derrière un petit bateau à voile balloté  sous les tempêtes; ne sont pas eux-mêmes un but à la volonté de MARIN-MARIE. Les Américains acceptent plus facilement plus facilement la conquête d'un record, le record de la vitesse en côtre ou de la longueur d'un continent à l'autre.

          MARIN-MARIE, à peine sur le quai, avant même d'avoir retrouvé l'équilibre spéciale aux terriens, déclare qu'il est venu en tant que peintre, tout spécialement pour organiser une exposition de ses oeuvres ("comme on prend un taxi pour porter ses toiles de Montparnasse à la rue de la Seine").

          Le 7 décembre 1933, MARIN-MARIE reçoit la grande médaille de la Ligue Maritime et Coloniale Française. Le 9, il reçoit un hommage à Saint-Malo, ville de SURCOF et de DUGUAY-TROUIN.

          De nouveau, il travaille à sa nouvelle traversée. Il met de l'ordre dans les notes prises au jour le jour sous l'effet des lames, du calme plat, de la brume et des nuits pleines d'étoiles ou bouchées. La matière livrée aux flots n'est pas inerte. Un bateau est un corps qui s'adapte, et notre solitaire a le temps, minute après minute, d'ausculter et de palper cetinconnu tout en veillant à sa sauvegarde. Un nouveau bateau naît de ces certitudes : "L'ARIEL".

          L'ARIEL est lancé à SARTROUVILLE le 28 mai 1936. Le Ministre DE CHAPPELAINE assiste au lancement. Il s'agit cette fois d'une vedette à moteur, longue de 13 mètres, jaugeant 15 tonneaux, dotée d'une voile et d'un moteur de 60 chevaux. La voile doit servir la nuit, par un système dont le navigateur a éprouvé précédemment l'efficacité. Elle peut, sans surveillance, tenir le cap désiré et poursuivre la course aveugle avec un minimum de fatigue pour le pilote.

          Le 1er juillet, "L'ARIEL" est embarqué au HAVRE sur le "CHAMPLAIN". MARIN-MARIE veut refaire dans l'autre sens la traversée qu'il avait effectué à l'aller, en 64 jours. Le 23 juillet il quitte NEW-YORK  et le 12 Août il arrive aux ILES CHAUSSEY, ayant effectué la traversée en 18 jours et 16 heures.

          L'exploit est salué par toute la France. Tous les habitants de FOUGEROLLES sont heureux et fiers, ils félicitent leur concitoyen au cours d'une grande fête donnée en son honneur le 20 septembre 1936. Au programme de cette journée : réception à la Mairie, dépôt de gerbes au monument aux morts, défilé de chars, fête foraine, retraite aux flambeaux, feu d'artifice, fête de nuit. Avec la participation des Francs-Tireurs et du Rallye-Cor Lavallois. Au cours du banquet, Maître NEVEU, Président du Comité des Fêtes, prononça un discours dont voici quelques extraits :  "MARIN-MARIE, si la Nation entière est fière de vous, votre commune natale l'est tout particulièrement. FOUGEROLLES se devait donc de témoigner à l'un de ses enfants qui l'honore, son admiration. Si la réception d'aujourd'hui ne peut égaler celles qui vous ont été faites jusqu'alors, soyez assuré que vos compatriotes vous accuellent aujourd'hui de tout leur coeur....

          .... Si vous êtes devenu peintre de talant, le goût de la peinture vous le tenez non seulement de votre mère, mais aussi de votre grand-père dont de remarquables tableaux ornent le musée de VITRE. 

            Hardi navigateur , vous avez suivi les traces de votre père....

            .... En 1933, vous eûtes l'idée de traverser l'Atlantique de l'est à l'ouest sur votre voilier WINNIBELLE II et vous avez pleinement réussi battant le record mondial....

        .... Non satisfait de ce résultat, vous voulu faire mieux encore : battre le record de la traversée de l'Océan sur un bateau à moteur. C'est sur l'ARIEL, lancé le 29 mai dernier en présence de Monsieur CHAPPEDELAINE, Ministre de la Marine Marchande, que vous avez accompli cet exploit. Il me paraît de circonstance de citer les paroles qu'il prononça lors de ce lancement. 

          Il y a quelques jours, a dit le ministre : ( J'ai tenu à assister, au Havre, à l'arrivée de La NORMANDIE, le plus grand paquebot du monde ... et chef-d'oeuvre incontesté de notre industrie des constructions navales. Si j'ai accepté avec empressement aujourd'hui de présider au lancement du beau yacht qui est devant nous, c'est que le geste qui sera accompli, au cours des semaines qui viennent,par M. MARIN-MARIE me paraît tout à fait symbolique et bien dans le caractère et le tempérament Français.... En décidant d'accomplir seul la traversée de l'Atlantique, à bord de ce petit  navire de série, conçu par des Français, construit par des Français, muni d'un moteur Français, M. MARIN-MARIE donne un singulier exemple d'audace, d'énergie et de confiance, qualités bien Françaises !

          La Commune de FOUGEROLLES est heureuse de rappeler, en ce cinquantenaire, les exploits d'un de ses enfants, qui l'a honoré grandement en ces circonstances. Il lui est agréable, également, d'émettre des souhaits pour la continuité d'une retraite paisible à MARIN-MARIE et à Madame DURAND, dans leur accueillante demeure de SAINT HILAIRE du HARCOUET. 

Date de dernière mise à jour : 2019-12-29 18:36:38

  • 47 votes. Moyenne 3.9 sur 5.